Accueil du site > Nouvelles > Une étude de l’American Cancer Society sur l’utilisation des méthodes (...)

Une étude de l’American Cancer Society sur l’utilisation des méthodes alternatives

Le 4 août 2008

Une nouvelle étude des chercheurs de l’American Cancer Society a délivré des résultats indiquant que de nombreux patients atteints de cancer avaient recours aux méthodes dites alternatives et complémentaires, comme le plus souvent la prière, la relaxation, les suppléments, la méditation et le massage. Tandis que l’utilisation d’autres méthodes, telles que le biofeedback, l’homéopathie et l’acupressure étaient relativement peu courantes.

L’étude, publiée dans le journal Cancer de l’American Cancer Society a aussi trouvé que les individus de sexe féminin, de race blanche, jeunes survivantes et ayant de hauts revenus, ainsi que ceux avec plus d’instruction, étaient plus susceptibles d’utiliser les méthodes complémentaires aux USA.

L’étude confirme les conclusions d’autres enquêtes précédentes ayant conclu que les patients touchés par un cancer utilisaient les mêmes méthodes complémentaires que la population, ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques : les pratiques spirituelles, les méthodes de relaxation et les suppléments alimentaires. "Notre étude a trouvé que plusieurs méthodes complémentaires sont utilisées par presque la moitié des survivants de cancers" dit Ted Gansler, Médecin de l’American Cancer Society et co-auteur de l’étude.

"Etonnamment, les autres méthodes comme l’acupuncture et l’hypnose étaient utilisées par moins de 2% des patients ayant réchappé au cancer, même si dans les études précédentes certains patients les trouvaient utiles pour soulager certains symptômes associés au cancer tels que la douleur. Nous avons aussi découvert que l’utilisation des différentes méthodes est hautement influencée par le genre, la race, l’âge, l’éducation, le type de cancer et le niveau de progression du cancer."

Les études précédentes, sur le recours aux méthodes alternatives (en plus des traitements conventionnels), reposaient sur des données tirées d’un seul ou peu de centres, qui ne pouvaient que rarement être extrapolées à toute la population. Ces études avaient utilisé des échantillons de petite taille, et s’étaient limitées à un type restreint de cancers et sur des patients impliqués dans les traitements en cours. Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé les données de plus de 4000 patients ayant échappé à un cancer de dix types différents, étudiés entre 10 et 24 mois après leur diagnostic.

On a demandé à ces survivants s’ils utilisaient d’autres méthodes parmi une liste des 19. Les méthodes les plus citées étant la prière/pratique spirituelle (61.4%), la relaxation (44.3%), la foi/guérison spirituelle (42.4%), les suppléments alimentaires/vitamines (40.1%), la méditation (15%), la consultation religieuse (11.3%), le massage (11.2%) et les thérapies de groupe (9,7%). En queue de peloton nous retrouvons l’hypnose (0.4%), la thérapie par biofeedback (1.0%), et l’acupuncture/acupressure (1.2%).

L’étude a également trouvé que les types de cancer étaient un indicateur significatif de l’utilisation des méthodes complémentaires. Ceux étant sortis d’un mélanome et d’un cancer des reins étaient les moins susceptibles d’y avoir recours, tandis que ceux ayant réchappé à un cancer du sein ou des ovaires étaient les plus susceptibles de les utiliser.

- Médecines parallèles et cancers. Dr. Olivier Jallut.
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l’ostéopathie. Thomas Sandoz.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |