Comment discerner la science
de la pseudo-science ?

Les points essentiels à retenir pour faire la différence

Par le Dr. Rory Coker, professeur de Physique, Université du Texas à Austin

Le mot "pseudo" signifie faux. Le moyen le plus sûr d'identifier et de reconnaître le faux est d'en savoir le plus possible au sujet du vrai, et dans le cas qui nous occupe, de la science elle-même. Connaître la science ne veut pas simplement dire connaître des faits scientifiques (comme la distance de la Terre au Soleil, l'âge de la Terre, la différence entre un mammifère et entre un reptile, etc.) Cela signifie comprendre la nature même de la science, les critères de la preuve, la conception d'expériences significatives, l'établissement des différentes possibilités, la vérification des hypothèses, l'élaboration des théories, les nombreux aspects des méthodes scientifiques qui permettent de tirer des conclusions plausibles et fiables au sujet de l'univers physique.

C'est parce que les média nous bombardent trop souvent d'inutilités et de stupidités qu'il est utile de considérer et d'extraire les signes distinctifs de la pseudoscience. La présence ne serait-ce que d'une de ces caractéristiques devrait éveiller en chacun un soupçon. D'un autre côté, même lorsque aucun de ces signes distinctifs n'apparaît clairement il est quand même possible de se trouver en présence de pseudoscience, ses partisans inventant sans cesse de nouveaux trucs, de nouvelles solutions, pour tromper. La plupart des exemples qui vont suivre se rapportent au domaine physique, mais des croyances et des attitudes identiques sont à rapprocher de l'iridologie, la médecine astrologique, l'acupuncture, la réflexologie, la chiropraxie, le toucher thérapeutique et des autres pata-médecines.


La pseudoscience reste indifférente aux faits

Au lieu de se donner la peine de consulter des travaux de référence ou d'enquêter directement, ses partisans sortent simplement de leur chapeau des "faits" artificiels lorsqu'ils en ont besoin. Ces fictions représentent souvent leurs argumentation et conclusion principales. En outre, les pseudo-scientifiques évoluent rarement. L'édition première d'un livre pseudo-scientifique est toujours la dernière, même si celle-ci date de plusieurs décennies ou siècles. Des livres remplis d'erreurs grossières, de fautes ou d'erreurs de frappe à chaque page sont réimprimés tels quels, encore et encore. A Comparer aux manuels scientifiques qui voient une nouvelle édition apparaître au bout de quelques années à cause justement de l'accumulation rapide de faits nouveaux et de connaissances récentes.


La "recherche" pseudo-scientifique est invariablement bâclée

Les pseudo-scientifiques découpent dans les journaux des comptes-rendus, font collection de rumeurs, citent d'autres ouvrages pseudo-scientifiques et se fournissent dans les religions anciennes ou les mythologies. Ils font rarement, voire jamais, d'investigations indépendantes pour vérifier leurs sources.


La pseudoscience débute sur une hypothèse - faisant habituellement appel à l'émotion et spectaculairement invraisemblable - et ne cherche ensuite que des éléments ou articles la confirmant

Les preuves contradictoires n'existent pas et sont ignorées. D'une manière générale, le but de la pseudoscience est de rationaliser des croyances fermement ancrées, au lieu d'enquêter ou de tester des possibilités alternatives. La pseudoscience est la championne des "conclusions sympathiques", recourant à des îlots idéologiques faisant appel à des idées préconçues et à des malentendus répandus.


La pseudoscience reste indifférente aux critères de la preuve solide

L'accent n'est pas mis sur l'expérience scientifique, contrôlée et reproductible. Au lieu de cela, tout repose sur des témoignages oculaires invérifiables, des histoires et récits exagérés, des rumeurs et des anecdotes douteuses. La véritable littérature scientifique est magnifiquement ignorée ou mal interprétée.


La pseudoscience repose fortement sur la validation subjective

Je mets de la gelée sur ma tête et ma migraine disparaît. Pour la pseudo-science cela signifie que la gelée guérit de la migraine. Pour la science cela ne veut rien dire tant qu'aucune expérience sérieuse n'aura été menée. Plusieurs choses se passèrent lorsque ma migraine disparut : la lune était pleine, un oiseau vola au-dessus de ma tête, la fenêtre était ouverte, j'avais un chapeau rouge sur ma tête, etc. et ma migraine aurait de toute manière disparu. Une expérience rigoureuse aurait mis des personnes souffrant de migraines dans des circonstances identiques, sauf en ce qui concerne les remèdes choisis et à tester, et aurait comparé les résultats qui auraient alors une chance d'être vraiment parlants. Beaucoup de gens croient qu'il doit exister quelque chose de vrai dans l'astrologie parce que l'horoscope d'un journal les décrit parfaitement. Mais un examen minutieux révèlera que la description est assez générale pour pouvoir s'appliquer à tout le monde. Ce phénomène, appelé validation subjective est un des fondements populaires soutenant la pseudoscience.

La pseudoscience fait davantage confiance dans les conventions arbitraires de la culture humaine plutôt que dans les régularités immuables de la nature

Par exemple, les interprétations de l'astrologie dépendent des noms des choses, qui sont pourtant "accidentelles" et qui varient d'une culture à une autre. Si les anciens avaient donné le nom de Mars à la planète que nous appelons Jupiter, ou vice versa, cela ne changerait rien pour l'astronomie mais l'astrologie serait totalement différente, parce que cette dernière dépend uniquement du nom (le nom du dieu y relatif et des caractéristiques qui lui étaient attribuées) et ne s'occupe pas des propriétés physiques de la planète elle-même.


La pseudoscience se termine toujours en absurdité si on la pousse jusqu'au bout

Peut-être les sourciers peuvent-ils d'une manière ou d'une autre sentir la présence de l'eau ou de minéraux sous un terrain, mais pratiquement tous déclarent qu'ils peuvent tout aussi bien le faire avec une carte ! Peut-être Uri Geller est-il "psi", mais ses pouvoirs lui viennent-ils réellement, par liaison radio, d'une soucoupe volante venant de la planète Hoova comme il le prétendait ? Peut-être les plantes sont-elles "psi" aussi, mais pourquoi une cuvette de boue réagit-elle exactement de la même façon dans la même "expérience" ? Peut-être les voyants voient-ils réellement le futur, mais pourquoi alors l'évolution n'a-t-elle pas favorisée la lignée, ou les peuples, de ceux qui ont ce don transmissible parait-il de générations en générations ? Peut-être l'homéopathie ou l'acupuncture marchent-elles ? Mais pourquoi n'ont-elles pas varié d'un iota depuis plus de cent ans alors que la médecine scientifique qui évolue, elle, a permis une formidable augmentation de l'espérance de vie ?


La pseudoscience évite toujours soigneusement de vérifier ses déclarations dans des expériences significatives

Les pseudo-scientifiques ne font jamais d'expériences soigneuses et méthodiques eux-mêmes - et ils ignorent en général les résultats de celles réalisées par des scientifiques. Les pseudo-scientifiques ne poursuivent donc jamais ce qu'ils ont commencé. Si un pseudo-scientifique déclare avoir fait une expérience (comme celle des études "perdues" d'Hermann Swoboda qui sont soi-disant à la base de la pseudo-science des biorythmes), aucun autre pseudo-scientifique n'essayera de la reproduire ou de la vérifier, même si les résultats originaux sont manquants ou discutables. De même, quand un pseudo-scientifique déclare avoir réalisé une expérience et obtenu un résultat remarquable, il ne la refera jamais pour vérifier ses résultats et procédures. Ceci est fort différent de la science où les expériences cruciales sont répétées par d'autres scientifiques à travers le monde avec de plus en plus de précision.


La pseudoscience se contredit souvent, même dans ses propres termes

De telles contradictions logiques sont tout simplement ignorées ou bien leur côté rationnel disparaît. Ainsi, nous ne serons pas étonnés quand au chapitre premier d'un livre sur la sourcellerie il est dit que les sourciers utilisent des branches fraîchement coupées parce que seul le bois "vivant" permet de localiser et de détecter les "radiations terrestres" qui rendent possible la sourcellerie, alors qu'au chapitre 5 il est dit que pratiquement tous les sourciers ont recours à une baguette en métal ou en plastique.


Pour aller plus loin :
- Pseudosciences & postmodernisme Alan Sokal
- Impostures intellectuelles, de Sokal et Bricmont
- Prodiges et vertiges de l'analogie Jacques Bouveresse
- Intrusions spiritualistes et impostures intellectuelles en sciences. J. Dubessy, G. Lecointre
- Petit traité de l'imposture scientifique. Aleksandra Kroh
- L'imposture scientifique en 10 leçons. Michel de Pracontal
- La Pensée scientifique et les parasciences. Collectif
- La Science menacée, Evry Schatzman
- Quand les scientifiques déraillent, Marc Hallet
- Les matérialismes (et leurs détracteurs), J Dubessy, G Lecointre, M Silberstein.

A visiter :
- Science & pseudoscience
- Toutes les nouvelles de la Pseudoscience
- 12 questions à poser lorsqu'on évalue les "médecines douces"

Lien original : www.quackwatch.org - Version française © François Grandemange - www.charlatans.info

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :