• ACCUEIL
  • GENERALITES
  • SANTE
  • PSEUDOSCIENCE
  • SUPPLEMENTS
  • IDEES RECUES
  • IMPOSTURES
  • PATA-PSY
  • MANIPULATION
  • RECREATION
  • A LIRE
  • INFOS
Savoir distinguer la science
de la pseudoscience

"La connaissance consiste à comprendre la preuve qui établit le fait,
non dans la croyance que c'est un fait
" - C. Spraling

  Introduction

Le prestige et l'influence de la science en ce siècle est telle que très peu de domaines, hormis la religion ou les arts, ne peuvent se permettre de paraître ouvertement comme non scientifique. C'est pourquoi, beaucoup d'efforts sont faits, chez ceux auxquels il manque les caractéristiques essentielles d'une science, pour masquer ces défauts dans le but de rehausser leurs statuts économique, social et politique. Tandis que ces pseudosciences s'agitent à vouloir ressembler aux sciences véritables, un examen minutieux de leurs contenus, méthodes et attitudes révèlent en fait qu'il s'agit de pures parodies.

Les fondements de la plupart des pseudosciences sont décelables en ce qu'ils proviennent d'anciennes croyances magiques, mais leurs dévots sous-évaluent cet état de faits en même temps qu'il essayent d'adopter les apparences extérieures de la rigueur scientifique. Une analyse des perspectives et des pratiques de ces "poseurs" scientifiques permet d'exposer une vision mystique du monde dans un jargon résonnant scientifique. Les pseudosciences se caractérisent par leurs "découvertes" non reproductibles prétendument causées par des forces non mesurables et indécelables par les méthodes scientifiques conventionnelles. Les échecs répétés des critiques à valider leurs déclarations sont fréquemment expédiées par l'assertion auto-validante et circulaire selon laquelle des résultats ne sont obtenus que par ceux qui partagent des croyances pseudoscientifiques identiques et leurs compétences secrètes. Avant de considérer quelques exemples et critères afin de distinguer les pseudosciences de la véritable science, quelques définitions s'imposent.

LA SCIENCE :

La science est la connaissance systématisée fruit de l'observation et de l'expérimentation. Ainsi, cela ne concerne que les phénomènes pouvant être examinés empiriquement. Contrairement à l'opinion populaire, il ne s'agit pas d'un fourre-tout de faits immuables, mais plutôt d'un moyen de poser des questions et d'évaluer les différentes réponses possibles. L'objectif est de décrire la composition de l'univers physique et les principes sous-jacents qui en gouvernent les activités. Dans ce processus, les scientifiques tentent de s'accorder sur un ensemble limité de constituants se combinant produisant la complexité naturelle du monde et d'en faire ressortir un ensemble de lois, décrivant les interactions parmi tous ces composants.

Les observations scientifiques sont ensuite exécutées sous des conditions contrôlées, dans le but de minimiser l'impact des biais et des attentes personnelles des chercheurs tout autant que pour se protéger des influences aléatoires de l'environnement. L'accessibilité au public des méthodes et des découvertes, ainsi que les évaluations sceptiques des résultats, sont une des exigences primordiales dans la communauté scientifique. Des expériences uniques, menées une seule fois, ne permettent pratiquement jamais d'instaurer un débat scientifique significatif, c'est la quantité de preuves au sein des chercheurs dans un domaine donné (qui doivent être capables de reproduire les découvertes des autres) qui détermine l'acceptation de tout phénomène donné

En respectant cet examen discipliné du monde naturel, les scientifiques tentent de partir d'observations particulières pour formuler des lois générales. En établissant ces relations légitimes, et en détenant un corps de données fiables et valables, ils les organisent en des théories testables afin d'expliquer les faits et, si possible, de prédire de nouveaux phénomènes qui ne seraient pas apparus comme évidents sans cela. En élargissant leurs théories, les scientifiques espèrent étendre leur possibilité d'exploration afin de couvrir d'autres phénomènes dans le domaine considéré.

Le paléontologiste Stephen J. Gould définit une loi scientifique ou "naturelle" comme "une généralisation confirmée de façon si écrasante par l'observation, qu'il serait pervers d'en différer l'assentiment provisoire", notons l'insertion par Gould du mot "provisoire". En cela, il semblait accentuer sur le fait que tandis que les lois couramment acceptées sont les hypothèses les mieux confirmées que nous ayons pour le moment, elles sont toujours sujettes à révision si des outils ou des méthodes plus perfectionnés permettent de provoquer de nouvelles découvertes. La même révision est tout aussi applicable aux théories scientifiques. C'est cet aspect "auto-correcteur" qui distingue peut-être le plus les sciences des doctrines religieuses et des pseudosciences. Ces dernières sont plus enclines à conserver religieusement (c'est le mot !) leurs explications dans des dogmes stagnants immunisés à toute révision qui serait provoquée par de nouvelles découvertes. Les sciences actives sont constamment dans un état de changements possibles (et modifiables).

LA PSEUDOSCIENCE :

Les pseudosciences sont les domaines qui essayent de s'approprier le prestige des sciences reconnues, d'en copier les attributs et protocoles visibles, mais sans respecter les standards de pratique et de vérification des domaines véritables auxquels ils cherchent à ressembler ou qu'ils tentent de copier. Les pseudosciences ne donnent pas d'importance au débat ni à la critique et ne font rarement preuve d'un ferment intellectuel et ne présentent pas de progrès véritables. Leurs explications sont habituellement contredites par la connaissance scientifique établie et leurs propres découvertes supportent rarement un examen minutieux venant des critiques. Les principes ou lois scientifiques connus, que les pseudosciences ou les déclarations paranormales violent régulièrement, sont les lois de la thermodynamique (notamment l'entropie), les lois de la conservation de l'énergie, ceux de la causalité, les dernières données en ce qui concerne les neurosciences, la psychologie, etc... A l'inverse, ils évoqueront des pouvoirs extraordinaires, des capacités nouvelles ou des éléments indétectables et inconnus.


LA TECHNOLOGIE :

Les technologies sont les processus qui utilisent la connaissance, tirant son origine de la recherche, sous une forme appliquée, voire commerciale. Par exemple, la médecine est une application de la science biologique, l'ingénierie mécanique utilise les principes de la physique mécanique pour créer des machines utiles, des structures, etc., l'empreinte génétique identifie les individus en ayant recours aux principes de la diversité génétique, elle-même découverte de la biologie moléculaire, et la psychologie comportementale utilise la connaissance des mécanismes cognitifs découverts en psychologie expérimentale.

Beaucoup des détracteurs, qui déclarent détester la science, sont en fait plutôt hostiles à l'utilisation de technologies particulières nuisibles pour les individus et l'environnement. Tandis que les scientifiques ne peuvent pas toujours prévoir ni contrôler les applications potentielles de la connaissance qu'ils produisent, ni être aussi vigilants ou écoutés comme ils aimeraient l'être (ou devraient l'être) lorsqu'ils s'opposent à certaines utilisations dangereuses fruit de leur fondamentaux. Peu de pseudosciences sont réellement devenues de véritables pseudo-technologies, i.e. des entreprises commerciales exploitées par des colporteurs qui trompent les consommateurs en leur faisant croire que leurs produits sont issus de la connaissance scientifique. Souvent, les recherches que ces charlatans citent, et auxquelles il se réfèrent pour cautionner leur camelote, sont valides en elles-mêmes mais leurs rapports aux articles vendus est dénaturé et surévalué dans le but de passer outre la résistance de l'acheteur. D'un point de vue général, toute "recherche" les soutenant, faite par ces distributeurs ou leurs associés, montre qu'elle est en fait sérieusement défectueuse.

Les vendeurs de pilules ou lotions miracles contre la chute des cheveux, ou les escrocs du régime voire de la santé, sont les spécialistes des déclarations comme quoi leurs produits sont issus des dernières découvertes scientifiques du moment. Le but étant, bien entendu, que cette affiliation injustifiée apaise le scepticisme du client. Cette sorte de "somnifère" est souvent nécessaire parce que sinon les arguments de ventes contiendraient plutôt des promesses extravagantes qu'aucun expert digne de ce nom n'oserait faire, déclarations que tout un chacun un tant soi peu raisonnable recevrait d'une manière plus suspecte. Même si les résultats promis seront loin d'être au rendez-vous, et les conclusions tirées à partir de recherches sont travesties et complètement erronées, le prospect est si séduit que l'espoir d'un résultat dépassera facilement toute capacité de raisonnement.

Les pseudo-scientifiques utilisent habituellement un certain nombre de stratagèmes rhétoriques pour plaider leur cause. Ces manoeuvres de vendeurs sont bien connues des psychologues sociaux spécialisés dans les techniques de persuasion. La fausse science prospère sur le marché en vendant de faux espoirs, habituellement en exploitant la croyance naïve que quelqu'un, quelque part, aurait compris comment tout obtenir pour rien. Les manipulateurs ingénieux prospèrent sur l'assertion confortable, mais douteuse, que toutes les contraintes et limites physiques sur l'accomplissement de l'être humain ne sont que des conventions, uniquement applicables aux personnes si peu imaginatives qu'elles y croient encore. Des déclarations de cet acabit auront de grandes chances de ressortir toutes les fois que des techniques prouvées empiriquement n'offrent pas de chemin rapide et facile vers une fin ardemment désirée. Les consommateurs potentiels doivent toujours garder à l'esprit que si quelque-chose semble trop beau pour être vrai, et bien ça l'est probablement.


A lire :
- Pseudosciences & postmodernisme Alan Sokal.
- La Souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique. William Broad, Nicholas Wade.
- L'imposture scientifique en 10 leçons. Michel de Pracontal.
- Why People Believe Weird Things: Pseudoscience, Superstition, and Other Confusion. Michael Shermer.
- Philosophie, mythologie et pseudo-science: Wittgenstein lecteur de Freud. Jacques Bouveresse.
- Racisme, science et pseudo-science de science et pseudo-science, Colloque Racisme 1981.
- Toutes les nouvelles de la Pseudoscience.