Le sélénium

Qu'est-ce que le sélénium ?

Le sélénium est un oligo-élément minéral, que l'on trouve dans le corps humain, qui est essentiel à la santé mais en très petites quantités1, 2. Le sélénium s'associe à des protéines pour former des sélénoprotéines, qui sont des enzymes antioxydantes importantes. Les propriétés antioxydantes des sélénoprotéines aident à prévenir les dommages cellulaires causés par les radicaux libres. Les radicaux libres sont des sous-produits naturels du métabolisme de l'oxygène, pouvant contribuer au développement de maladies chroniques tels que les cancers et les maladies cardiovasculaires2, 3. D'autres sélénoprotéines aident à réguler la fonction thyroïdienne et jouent un rôle dans le système immunitaire4-7.

Quels aliments fournissent du sélénium ?

Les végétaux sont la source majeure de sélénium dans la plupart des pays à travers le monde. La quantité de sélénium dans la nourriture dépend de la quantité de sélénium dans le sol où les plantes ont poussé ou les animaux sont élevés. Par exemple, les chercheurs savent que les sols des hautes plaines du nord du Nebraska et du Dakota aux USA ont des taux de sélénium très importants. Les personnes vivant dans ces régions ont généralement les taux de sélénium les plus importants des USA8. Certains sols en Chine et en Russie ont des quantité très faibles de sélénium. Une déficience en sélénium est souvent rapportée dans ces régions parce que la plupart de la nourriture est cultivée et mangée localement.

Le sélénium peut aussi être trouvé dans certaines viandes et produits de la mer. Les animaux qui mangent des graines ou des plantes qui ont poussé dans des sols riches en sélénium ont des taux très élevés dans leurs muscles. Aux USA, les viandes et le pain sont les principales sources de sélénium9, 10.Certaines noix sont aussi des sources de sélénium.

Les quantités de sélénium dans les aliments peuvent varier. Par exemple, les noix du Brésil peuvent contenir jusqu'à 544 microgrammes de sélénium par once. Ils peuvent aussi en contenir beaucoup moins. Il est parfois utile d'en manger occasionnellement pour leur teneur en sélénium.


Quelle est la quantité recommandée de sélénium ?

Age (années)  Hommes & Femmes (µg/jour)  Grossesse(µg/jour)  Allaitement(µg/jour)
1-3 ans 20 N/A N/A
4-8 ans 30 N/A N/A
9-13 ans 40 N/A N/A
14-18ans 55 60 70
19 ans et + 55 60 70

Il y a encore trop peu d'informations sur le sélénium pour pouvoir établir une recommandation pour les nourrissons. Une quantité adéquate a été établie sur la base de la quantité de sélénium consommée par des nourrissons en bonne santé qui sont nourris au sein12. Le tableau ci-dessous reprend les quantités recommandées, en microgrammes (µg) par jour, pour les nourrissons.

Quantité de sélénium pour les nourrissons :

Ages (mois) Garçons & Filles (µg/jour)
0-6 mois 15
7-12 mois 20

Les résultats de l'enquête du National Health and Nutrition Examination (NHANES III-1988-94) indiquent que les régimes alimentaires de la plupart des américains fournissent la dose recommandée en sélénium13. L'étude INTERMAP a examiné la consommation en éléments nutritifs de presque 5000 hommes et femmes dans quatre pays à la fin des années 1990. Le principal but de l'étude était d'évaluer l'effet des micronutriments alimentaires sur la pression sanguine. Chaque participant de l'étude a complété 4 questionnaires pendant 24 heures, dans lesquels ils devaient rapporter tout ce qu'ils mangeaient (aliments, boissons et suppléments alimentaires). La consommation en sélénium des participants chinois était la plus faible, pays où le taux de carence est le plus élevé. La consommation moyenne de sélénium aux USA était de 153µg pour les hommes et 109µg pour les femmes. Ces deux valeurs dépassent le taux de consommation recommandé chez les adultes et fait la preuve d'un apport plus que suffisant14.


Quand est-ce qu'une carence en sélénium peut survenir ?

Les carences en sélénium en Occident sont rares, mais plus fréquentes dans d'autres pays, comme la Chine, où la concentration en sélénium dans le sol est faible15. Il existe des preuves comme quoi une carence en sélénium pourrait contribuer à développer une forme de maladie de coeur, une hypothyroïdie et un affaiblissement du système immunitaire16, 17. Des éléments démontrent aussi qu'une carence ne cause pas la maladie en soi. Plutôt, elle rend le corps plus susceptible de tomber malade à cause d'autres stress nutritifs, biochimiques ou infectieux18.

Trois maladies spécifiques ont été associées à une carence en sélénium : la maladie de Keshan, qui résulte en un grossissement du coeur et un appauvrissement de sa fonction et survient dans les cas de carences chez les enfants. La maladie de Kashin-Beck et le crétinisme endémique myxoedème.

La maladie de Keshan a été décrite pour la première fois en Chine dans les années 30, et est toujours fortement présente dans certaines régions chinoises où le sol est pauvre en sélénium18. La consommation dans ces contrées est bien en-dessous des 19 microgrammes recommandés par jour pour les hommes, et à moins de 13 microgrammes journaliers pour les femmes, bien en dessous des apports journaliers recommandés12. Les chercheurs pensent que les personnes en état de carence en sélénium, infectés par un virus spécifique, sont plus susceptibles de développer la maladie de Keshan18, 19.

Une carence en sélénium a aussi été rencontrée chez des gens dont la seule source de nutrition est parentérale20, 21. La méthode parentéral est une méthode d'apport des éléments nutritifs par intraveineuse, à des gens dont le système digestif ne fonctionne pas. Les éléments nutritifs qui ne nécessitent pas de digestion sont dissous dans un liquide et envoyés par intraveineuse. Il est important, chez ces personnes nourries par intraveineuse, de compléter par un apport de sélénium, dans le but de prévenir toute carence22. Les médecins peuvent contrôler l'état des niveaux de sélénium de ces individus afin de s'assurer qu'ils reçoivent bien la quantité adéquate.

Des désordres gastrointestinaux sévères peuvent faire baisser l'absorption du sélénium, causant un épuisement ou une carence23. Les problèmes gastrointestinaux qui altèrent l'absorption de sélénium, affectent habituellement aussi l'absorption des autres éléments nutritifs, et nécessitent un contrôle de l'état nutritionnel, afin qu'un traitement approprié soit mis en place.


Qui pourrait avoir besoin d'un apport supplémentaire en sélénium ?

En Occident, la plupart des cas de carence en sélénium, ou d'épuisement des réserves, sont associés à des problèmes gastrointestinaux, tels que la maladie de Crohn, ou suite à des opérations chirurgicales d'ablation d'une partie de l'estomac. Ces problèmes peuvent altérer l'absorption du sélénium24-26. Les patients atteints de maladie sévère, et qui développent une inflammation et une infection générale, ont souvent des niveaux sanguins de sélénium très réduits27. Les médecins évalueront les individus ayant des affections gastrointestinales ou des infections sévères épuisant les niveaux sanguins en sélénium, afin de déterminer le besoin de supplémentation.

Les gens en état de carence en iode peuvent bénéficier d'une supplémentation en sélénium. Les carences en iode sont rares en Occident, mais toujours courantes dans les pays en développement, où l'accès à l'iode est limité28. Les chercheurs pensent qu'une carence en sélénium pourrait empirer les effets de la carence en iode sur la fonction thyroïdienne, et qu'un niveau correct en sélénium pourrait aider à protéger contre certains effets neurologiques dus à une carence en iode6, 7. Les chercheurs impliqués dans l'étude SUVIMAX (Supplémentation en Vitamines et Minéraux AntioXydants) en France, qui a été réalisée afin d'évaluer les effets des suppléments de vitamines et minéraux sur les risques de maladies chroniques, a évalué les relations entre les goitres et le sélénium dans un sous-ensemble de population issue de la recherche. Leurs découvertes suggèrent que les suppléments en sélénium pourraient protéger contre le goitre, qui est dû à un grossissement de la glande thyroïde29.

Comme noté plus haut, la supplémentation en sélénium pendant l'administration parentale est devenue habituelle21, 22. Alors que des problèmes médicaux spécifiques décrits ci-dessus signalent un besoin en supplémentation en sélénium, nous n'avons pas assez de preuves pour recommander une prise de suppléments de sélénium chez les enfants et les adultes en bonne santé qui n'en ont pas besoin.


Les suppléments de sélénium

Le sélénium se trouve comme aliment de base dans des produits tels que le mais, le blé et le soja, sous la forme de sélénométhionine, le sélénium organique analogue à l'acide aminé méthionine30, 31. La sélénométhionine peut remplacer la méthionine dans les protéines du corps, et servir de véhicule pour le stockage du sélénium dans les organes et les tissus. Les suppléments de sélénium peuvent aussi contenir du sélénite de sodium et du séléniate de sodium, deux formes inorganiques de sélénium. La sélénométhionine est généralement considérée comme étant la meilleure forme de sélénium en étant mieux absorbée et mieux utilisée.

Le sélénium est aussi disponible dans des levures riches en sélénium, qui peuvent contenir jusqu'à 1000 à 2000 microgrammes de sélénium par gramme30. La plupart du sélénium de ces levures est sous forme de sélénométhionine. Cette forme de sélénium était utilisée à grande échelle dans une étude de prévention contre le cancer en 1983, qui montra que prendre un supplément de 200 microgrammes par jour pouvait réduire le risque de développer un cancer de la prostate, du poumon et colorectal32. Cependant, certaines levures peuvent contenir des formes inorganiques de sélénium, qui ne sont pas aussi bien utilisées que la sélénomethionine.

Une étude conduite en 1995 suggéra que la forme organique de sélénium augmentait la concentration de sélénium dans le sang à un niveau plus important que la forme inorganique. Cependant, cela n'améliorait pas significativement l'activité de l'enzyme séléno-dépendante, le glutathione peroxydase33. Les chercheurs examinent toujours les effets des différentes formes chimiques de sélénium, mais la forme organique apparaît comme étant le meilleur choix à ce jour.


Quels sont les risques à prendre trop de sélénium ?

De hauts niveaux sanguins en sélénium (plus que 100µg/dL) peuvent causer une condition appelé sélénose62. Les symptômes de la sélénose comprennent des dérangements intestinaux, une perte des cheveux, des ongles tachés, une mauvaise haleine, de la fatigue, une irritabilité et des dommages nerveux modérés2.

Une toxicité en sélénium est rare en Occident. Les quelques car rapportés ont été associés à des accidents industriels et des erreurs de production ayant conduit à des doses excessives de sélénium dans des suppléments63, 64. L'Institut de Médecine et L'Académie des Sciences ont établi un niveau maximum de tolérance pour le sélénium à 400 microgrammes par jour pour les adultes, afin de prévenir tout risque de développer une sélénose12.


Pour aller plus loin :
- Nutrition et risques alimentaires. Cahiers de l'AFSSA. Collectif

A lire aussi :
- Le sélénium n’est pas utile avec une bonne alimentation.
- La plupart des gens n’ont pas besoin de suppléments en sélénium.
- Les actualités sur les compléments alimentaires
- Le magnésium
- La vitamine C
- Le zinc

Références :
1 Thomson CD. Assessment of requirements for selenium and adequacy of selenium status: a review. Eur J Clin Nutr 2004;58:391-402.
2 Goldhaber SB. Trace element risk assessment: essentiality vs. toxicity. Regulatory Toxicology and Pharmacology. 2003;38:232-42.
3 Combs GF, Jr and Gray WP. Chemopreventive agents: Selenium. Pharmacol Ther 1998; 79:179-92.
4 McKenzie RC, Rafferty TS, Beckett GJ. Selenium: an essential element for immune function. Immunol Today 1998;19:342-5.
5 Levander OA. Nutrition and newly emerging viral diseases: An overview. J Nutr 1997;127: 948S-50S.
6 Arthur JR. The role of selenium in thyroid hormone metabolism. Can J Physiol Pharmacol 1991;69:1648-52.
7 Corvilain B, Contempre B, Longombe AO, Goyens P, Gervy-Decoster C, Lamy F, Vanderpas JB, Dumont JE. Selenium and the thyroid: How the relationship was established. Am J Clin Nutr 1993;57 (2 Suppl):244S-8S.
8 Longnecker MP, Taylor PR, Levander OA, Howe M, Veillon C, McAdam PA, Patterson KY, Holden JM, Stampfer MJ, Morris JS, Willett WC. Selenium in diet, blood, and toenails in relation to human health in a seleniferous area. Am J Clin Nutr 1991;53:1288-94.
9 Pennington JA and Schoen SA. Contributions of food groups to estimated intakes of nutritional elements: Results from the FDA total diet studies, 1982-91. Int J Vitam Nutr Res 1996;66:342-9.
10 Pennington JA and Young BE. Total diet study nutritional elements. J Am Diet Assoc 1991;91:179-83.
11 U.S. Department of Agriculture, Agricultural Research Service. 2003. USDA National Nutrient Database for Standard Reference, Release 16. Nutrient Data Laboratory Home Page, http://www.nal.usda.gov/fnic/foodcomp.
12 Institute of Medicine, Food and Nutrition Board. Dietary Reference Intakes: Vitamin C, Vitamin E, Selenium, and Carotenoids. National Academy Press, Washington, DC, 2000.
13 Bialostosky K, Wright JD, Kennedy-Stephenson J, McDowell M, Johnson CL. Dietary intake of macronutrients, micronutrients and other dietary constituents: United States 1988-94. Vital Heath Stat. 11(245) ed: National Center for Health Statistics, 2002.
14 Zhou BF, Stamler J, Dennis B, Moag-Stahlberg A, Okuda N, Robertson C, Zhao L, Chan Q, Elliott P for the INTERMAP Research Group. Nutrient intakes of middle-aged men and women in China, Japan, United Kingdom, and United States in the alte 1990s: The INTERMAP Study. J of Human Hypertension. 2003;17:623-30.
15 Ellis DR and Salt DE. Plants, selenium and human health. Curr Opin Plant Biol 2003;6:273-9.
16 Combs GF. Food system-based approaches to improving micronutrient nutrition: the case for selenium. Biofactors 2000;12:39-43.
17 Zimmerman MB and Kohrle J. The impact of iron and selenium deficiencies on iodine and thyroid metabolism: biochemistry and relevance to public health. Thyroid 2002;12:867-78.
18 Beck MA, Levander O, Handy J. Selenium deficiency and viral infection. J of Nutr 2003;133:1463S-67S.
19 Levander OA and Beck MA. Interacting nutritional and infectious etiologies of Keshan disease. Insights from coxsackie virus B-induced myocarditis in mice deficient in selenium or vitamin E. Biol Trace Elem Res 1997;56:5-21.
20 Levander OA. Scientific rationale for the 1989 recommended dietary allowance for selenium. J Am Diet Assoc 1991;91:1572-6.
21 Gramm HJ, Kopf A, Bratter P. The necessity of selenium substitution in total parenteral nutrition and artificial alimentation. J Trace Elem Med Biol 1995;9:1-12.
22 Abrams CK, Siram SM, Galsim C, Johnson-Hamilton H, Munford FL, Mezghebe H. Selenium deficiency in long-term total parenteral nutrition. Nutr Clin Pract 1992;7:175-8.
23 Rannem T, Ladefoged K, Hylander E, Hegnhoj J, Staun M. Selenium depletion in patients with gastrointestinal diseases: Are there any predictive factors? Scand J Gastroenterol 1998;33:1057-61.
24 Kuroki F, Matsumoto T, Lida M. Selenium is depleted in Crohn's disease on enteral nutrition. Digestive Diseases 2003;21:266-70.
25 Rannem T, Ladefoged K, Hylander E, Hegnhoj J, Jarnum S. Selenium status in patients with Crohn's disease. Am J Clin Nutr 1992;56:933-7.
26 Bjerre B, von Schenck H, Sorbo B. Hyposelaemia: Patients with gastrointestinal diseases are at risk. J Intern Med 1989;225:85-8.
27 Gartner R, Albrich W, Angstwurm MW. The effect of a selenium supplementation on the outcome of patients with severe systemic inflammation, burn, and trauma. BioFactors 14 2001; 199-204.
28 Berdanier, CD. Advanced Nutrition: Micronutrients. CRC Press 1998; 208-11.
29 Derumeaux H, Valeix P, Castetbon K, Bensimon M, Boutron-Ruault MC, Arnaud J, Hercberg S. Association of selenium with thyroid volume and echostructure in 35- to 60-year-old French adults. Eur J Endocrinol 2003;148(3):309-15.
30 Schrauzer GN. Commentary: Nutrition selenium supplements: Product types, quality, and safety. J Am College of Nutr 2001;20:1-4.
31 Schrauzer GN. The nutritional significance, metabolism and toxicology of selenomethionine. Adv Food Nutr Res 2003:47:73-112.
32 Clark LC, Combs Jr GF, Turnbull BW, Slate EH, Chalker D, Chow J, Davis LS, Glover RA, Graham GF, Gross EG, Krongrad A, Lesher JL, Park HK, Sanders BB, Smith CL, Taylor JR. Effects of selenium supplementation for cancer prevention in patients with carcinoma of the skin. A randomized controlled trial. J Am Med Assoc 1996;276:1957-63.
33 Neve J. Human selenium supplementation as assessed by changes in blood selenium concentration and glutathione peroxidase activity. J Trace Elem Med Biol 1995;9:65-73.
34 Russo MW, Murray SC, Wurzelmann JI, Woosley JT, Sandler RS. Plasma selenium levels and the risk of colorectal adenomas. Nutr Cancer 1997;28:125-9.
35 Patterson BH and Levander OA. Naturally occurring selenium compounds in cancer chemoprevention trials: A workshop summary. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 1997;6:63-9.
36 Knekt P, Marniemi J, Teppo L, Heliovaara M, Aromaa A. Is low selenium status a risk factor for lung cancer? Am J Epidemiol 1998;148:975-82.
37 Fleet JC. Dietary selenium repletion may reduce cancer incidence in people at high risk who live in areas with low soil selenium. Nutr Rev 1997;55:277-9.
38 Shamberger RJ. The genotoxicity of selenium. Mutat Res 1985;154:29-48.
39 Young KL and Lee PN. Intervention studies on cancer. Eur J Cancer Prev 1999;8:91-103.
40 Burguera JL, Burguera M, Gallignani M, Alarcon OM, Burgueera JA. Blood serum selenium in the province of Merida, Venezuela, related to sex, cancer incidence and soil selenium content. J Trace Elem Electrolytes Health Dis 1990;4:73-7.
41 Combs GF, Jr., Clark LC, Turnbull BW. Reduction of cancer risk with an oral supplement of selenium. Biomed Environ Sci 1997;10:227-34.
42 Combs GF, Clark LC, Turnbull BW. An analysis of cancer prevention by selenium. BioFactors 14 2001; 153-9.
43 Garland M, Morris JS, Stampfer MJ, Colditz GA, Spate VL, Baskett CK, Rosner B, Speier FE, Willett WC, Hunter DJ. Prospective study of toenail selenium levels and cancer among women. J Natl Cancer Inst 1995;87:497- 505.
44 Hercberg S, Galan P, Preziosi P, Roussel AM, Arnaud J, Richard MJ, Malvy D, Paul-Dauphin A, Briancon S, Favier A. Background and rationale behind the SU.VI.MAX Study, a prevention trial using nutritional doses of a combination of antioxidant vitamins and minerals to reduce cardiovascular diseases and cancers. Supplementation en VItamines et Mineraux AntiXydants Study. Int J Vitam Nutr Res 1998;68:3-20.
45 Klein EA, Thompson IM, Lippman SM, Goodman PJ, Albanes D, Taylor PR, Coltman C. SELECT: the next prostate cancer prevention trial. Selenium and Vitamin E Cancer Prevention Trial. Journal of Urology 2001;166(4):1311-5.
46 Gey KF. Vitamins E plus C and interacting conutrients required for optimal health. A critical and constructive review of epidemiology and supplementation data regarding cardiovascular disease and cancer. Biofactors 1998;7:113-74.
47 Ozer NK, Boscoboinik D, Azzi A. New roles of low density lipoproteins and vitamin E in the pathogenesis of atherosclerosis. Biochem Mol Biol Int 1995;35:117-24.
48 Lapenna D, de Gioia S, Ciofani G, Mezzetti A, Ucchino S, Calafiore AM, Napolitano AM, Di Ilio C, Cuccurulo F. Glutathione-related antioxidant defenses in human atherosclerotic plaques. Circulation 1998;97:1930-4.
49 Neve J. Selenium as a risk factor for cardiovascular diseases. J Cardiovasc Risk 1996;3:42-7.
50 Kose K, Dogan P, Kardas Y, Saraymen R. Plasma selenium levels in rheumatoid arthritis. Biol Trace Elem Res 1996;53:51-6.
51 Heliovaara M, Knekt P, Aho K, Aaran RK, Alfthan G, Aromaa A. Serum antioxidants and risk of rheumatoid arthritis. Ann Rheum Dis 1994;53:51-3.
52 arthritis patients: Results of a dietary survey. Semin Arthritis Rheum 1997;27:180-5.
53 Grimble RF. Nutritional antioxidants and the modulation of inflammation: Theory and practice. New Horizons 1994;2:175-85.
54 Aaseth J, Haugen M, Forre O. Rheumatoid arthritis and metal compounds- perspectives on the role of oxygen radical detoxification. Analyst 1998;123:3- 6.
55 Look MP, Rockstroh JK, Rao GS, Kreuzer KA, Spengler U, Sauerbruch T. Serum selenium versus lymphocyte subsets and markers of disease progression and inflammatory response in human immunodeficiency virus-1 infection. Biol Trace Elem Res 1997;56(1):31-41.
56 Singhal N and Austin J. A clinical review of micronutrients in HIV infection. J Int Assoc Physicians AIDS Care 2002;1:63-75.
57 Romero-Alvira D and Roche E. The keys of oxidative stress in acquired immune deficiency syndrome apoptosis. Medical Hypotheses 1998;51(2):169-73.
58 Patrick L. Nutrients and HIV; Part One - Beta carotene and selenium. Altern Med Rev 1999;4:403-13.
59 Baum MK, Shor-Posner G, Lai S, Zhang G, Lai H, Fletcher MA, Sauberlich H, Page JB. High risk of HIV-related mortality is associated with selenium deficiency. J Acquir Immune Defic Syndr Hum Retrovirol 1997;15:370-4.
60 Campa A, Shor-Posner G, Indacoche F, Zhang G, Lai H, Asthana D, Scott GB, Baum MK. Mortality risk in selenium-deficient HIV-positive children. J Acquir Immune Defic Syndr Hum Retrovirol 1999;15:508-13.
61 Baum MK and Shor-Posner G. Micronutrient status in relationship to mortality in HIV-1 disease. Nutr Rev 1998;56:S135-9.
62 Koller LD and Exon JH. The two faces of selenium-deficiency and toxicity are similar in animals and man. Can J Vet Res 1986;50:297-306.
63 Hathcock J. Vitamins and minerals: Efficacy and safety. Am J Clin Nutr 1997;66:427-37.
64 Raisbeck MF, Dahl ER, Sanchez DA, Belden EL, O'Toole D. Naturally occurring selenosis in Wyoming. J Vet Diagn Invest 1993;5:84-7.
65 Dietary Guidelines Advisory Committee, Agricultural Research Service, United States Department of Agriculture (USDA). HG Bulletin No. 232, 2000. http://www.usda.gov/cnpp/DietGd.pdf.
66 Center for Nutrition Policy and Promotion, United Stated Department of Agriculture. Food Guide Pyramid, 1992 (slightly revised 1996). http://www.nal.usda.gov/fnic/Fpyr/pyramid.html.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :