Les hommes, les femmes
et la chambre à coucher

Idées reçues sur la sexualité hommes/femmes.

Terri Conley, Amy Moors, Jes Matsick, Ali Ziegler, Brandon Valentine

La sagesse populaire - tout comme les croyances basées sur des recherches de nombreux psychologues - suggère que les hommes, pour le dire simplement, aiment plus le sexe que les femmes. Par exemple, les hommes sont plus susceptibles de choisir des partenaires sur la base de leur appétit sexuel plutôt que leur statut (Buss & Schmitt, 1993), ont plus de pensées sexuelles (Baumeister, Catanese, & Vohs, 2001), préfèrent et ont plus de partenaires sexuelles (Buss & Schmitt, 1993), vivent plus d'orgasmes (Laumann, Gagnon, Michael, & Michaels, 2000), ont plus de relations sexuelles sans lendemain (Petersen & Hyde, 2010), et sont moins regardant en ce qui concerne les relations amoureuses avec leurs partenaires (Buss & Schmitt, 1993) que les femmes.

C'est parce que ce schème de pensée est populaire chez les psychologues et dans le public en général, qu'il contribue à être accepté tel un fondement des différences entre hommes et femmes pour ce qui concerne les relations sexuelles (Ryan & Jethå, 2010). Les différences entre les genres sont souvent perçues comme étant de nature biologique, génétique ou évolutionniste; cependant, un examen empirique plus rigoureux montre que ces différences entre les sexes soit ne sont pas ce qu'elles paraissent être, soit sont considérablement limitées, ou dans certains cas sont complètement réduites à néant. Dans cet article, nous allons évaluer plus minutieusement six de ces (prétendues) différences entre les hommes et les femmes en matière de sexe.

Est-ce que les hommes et les femmes ont des préférences qui leurs sont spécifiques en ce qui concerne les qualités du partenaire ?

La sagesse populaire suggère que les hommes et les femmes ont différents objectifs sexuels. Les hommes voudraient une partenaire qui soit sexy (i.e. physiquement attirante), tandis que les femmes préféreraient un partenaire avec une situation confortable (Buss, 1989; Buss & Schmitt, 1993). Cette notion est souvent confirmée lorsqu'on examine les partenaires "dans l'idéal" des jeunes adultes (voir Eastwick & Finkel, 2008). Et on suppose qu'il n'est nul besoin d'aller vérifier plus précisément cette idée, mais qu'il suffit de regarder ces octogénaires célébrissimes ou riches avec de jolies partenaires de 25 ans comme exemples anecdotiques qui confirment cette "loi de la nature". Mais qu'en est-il quand nous analysons dans la réalité la perception du partenaire potentiel que les participants ont rencontré en chaire et en os ?

Eastwick and Finkel (2008) ont réalisé des séries de speed-dating dans lesquels les participants ont évalué l'importance de l'attirance et du statut chez des individus avec lesquels ils ont interagit. Contrairement à la sagesse populaire, quand l'objet de l'affection potentielle d'un individu passait de l'idéal au réel, les différences entre les sexes, pour ce qui est des qualités préférées des partenaires, disparaissaient.

Plus précisément, l'attirance et le statut étaient de même importance pour les hommes et les femmes quand il s'agissait d'évaluer les partenaires réels d'un rendez-vous (que ce soit pendant le rendez-vous initial, et un mois après leur rencontre) parmi un ensemble de mesures (Eastwick & Finkel, 2008). En outre, les différences entre hommes et femmes pour ce qui est de la situation et de l'attirance étaient absent des jugements des partenaires amoureux réels (Eastwick, Finkel,& Eagly).

Pour résumer : est-ce que les femmes et les hommes ont des préférences spécifiques pour ce qui est des qualités des partenaires ? Pas dans le contexte de la vraie vie, qui est vraisemblablement plus valable que dans celui des rêveries hypothétiques.

Est-ce que les femmes désirent et ont réellement moins de partenaires sexuels que les hommes ?

Une recherche passée a montré que les femmes désiraient avoir un plus petit nombre de partenaires sexuels durant leur vie que les hommes; en effet, elles ont rapporté vouloir avoir moins de partenaires au lit que les hommes (Buss & Schmitt, 1993). Ces résultats semblent très basiques et justes; c'est-à-dire qu'il semble assez facile de confirmer cette sagesse populaire des différences entre les sexes, en comptant simplement le nombre de partenaires sexuels que chacun a connu dans sa vie.

Pedersen, Miller, Putcha-Bhagavatula, et Yang (2002) ont testé cette affirmation populaire, et ont examiné plus rigoureusement le fossé existant entre les hommes et les femmes en ce qui concerne ce désir d'avoir des partenaires sexuels. Ils ont demandé à des participants d'indiquer leur nombre idéal de partenaires sur différentes périodes de temps, qui ont reproduit les résultats originaux concernant les différences entre hommes et femmes pour ce qui est des préférences de partenaires sexuels, tels que les hommes préféreraient avoir plus de partenaires que les femmes. Cependant, un étrange schéma a émergé : cette différence entre les sexes a disparu lorsqu'une mesure plus précise de la tendance centrale était examinée (c'est-à-dire la réponse typique).

Plus précisément, la distribution du nombre de partenaires préférés était fortement déviée vers la droite, à tel point que les valeurs les plus élevées (i.e. le grand nombre de partenaires sexuels désirées par les hommes) étaient plus éparses que les nombres plus faibles, ce qui indique que les moyennes ne représentaient pas la majorité des hommes et des femmes de l'échantillon.

Quand on analysait les valeurs médianes (une mesure alternative de la tendance centrale visant à trouver le score le plus répandu d'une distribution quand les données sont déviées) au lieu des moyennes, pour évaluer le nombre désiré de partenaires sur une période de 30 ans, les différences entre les hommes et les femmes se sont évaporées (Pedersen et al., 2002). Le recours aux chiffres médians révèle que la majorité des hommes et des femmes désire un même nombre de partenaires sexuels : un seul. Ces résultats entrent directement en contradiction avec l'idée selon laquelle la plupart des femmes préféreraient avoir moins de partenaires sexuels que les hommes.

Mais qu'en est-il si on évalue le nombre réel de partenaires sexuels ? Les hommes ont-il réellement plus de relations sexuelles avec plus de partenaires que les femmes qui seraient, quant à elles, plus sélectives ? Alexander et Fisher (2003) ont examiné cette différence entre hommes et femmes du nombre de partenaires sexuels rapportés.

Pour faire en sorte que les réponses soient les plus proches de la réalité possible (le risque étant que les hommes - ou même les femmes - se vantent), ils ont utilisé une technique de tromperie, qui convainquait faussement les participants qu'un appareillage électronique sophistiqué pouvait détecter leurs véritables sentiments. Ainsi, certains participants étaient connectés à un (faux) détecteur de mensonges, et on les a informés que les réponses mensongères seraient détectées. Comme on s'y attendait, les participants qui n'étaient pas branché à l'appareillage affichaient les différences auxquelles on s'attendait, c'est-à-dire que les hommes ont rapporté avoir eu plus de partenaires sexuelles que les femmes.

Mais dans la condition avec le faux détecteur de mensonges, les résultats étaient tous différents. Quand les participants croyaient que leur véritable histoire sexuelle pouvait être révélée par le polygraphe, les différences entre les sexes sur le nombre de partenaires au lit ont disparu.

En résumé : est-ce que les femmes désirent et ont réellement moins de partenaires sexuels que les hommes ? Non, les différences entre hommes et femmes dans le nombre de partenaires rapportés sont moins la conséquence des appétits sexuels, mais plus celle d'une mauvaise utilisation et interprétation des statistiques et de l'attirance sociale.


Pour aller plus loin:
- Cerveau, Sexe & Pouvoir. Collectif.
- Féminin Masculin : Mythes et idéologies. Catherine Vidal.
- Sexe machines. Charles Muller, Peggy Sastre.
- 150 petites expériences de psychologie pour mieux comprendre l'autre sexe. Serge Ciccotti.

A lire aussi :
- Non les hommes ne pensent pas au sexe toute la journée.
- Arrêtez de chercher, le point G n’existe pas !

Références :
- Alexander, M. G., & Fisher, T. D. (2003). Truth and consequences: Using the bogus pipeline to examine sex differences in selfreported sexuality. Journal of Sex Research, 40, 27–36.
- Armstrong, E. A., England, P., & Fogarty, A. C. K. (2009). Orgasm in college hookups and relationships. In B. J. Risman (Ed.), Families as they really are (pp. 362–377). New York, NY: Norton.
- Baumeister, R. F., Catanese, K. R., & Vohs, K. D. (2001). Is there a gender difference in strength of sex drive? Theoretical views, conceptual distinctions, and a review of relevant evidence. Personality and Social Psychology Review, 5, 242–273.
- Buss, D. M. (1989). Sex differences in human mate preferences: Evolutionary hypotheses tested in 37 cultures. Behavioral and Brain Sciences, 12, 1–14.
- Buss, D. M., & Schmitt, D. P. (1993). Sexual strategies theory: A contextual evolutionary analysis of human mating. Psychological Review, 100, 204–232.
- Clark, R. D., & Hatfield, E. (1989). Gender differences in receptivity to sexual offers. Journal of Psychology & Human Sexuality, 2, 39–45.
- Conley, T. D. (2011). Perceived proposer personality characteristics and gender differences in acceptance of casual sex offers. Journal of Personality and Social Psychology, 100, 309–329.
- Conley, T. D., Ziegler, A., & Moors, A. C. (2011). Backlash in the bedroom: Stigma mediates gender differences in acceptance of casual sex offers.
- Eagly, A. H., & Wood, W. (1999). The origins of sex differences in human behavior: Evolved dispositions versus social roles. American Psychologist, 54, 408–423.
- Eastwick, P. W., & Finkel, E. J. (2008). Sex differences in mate preferences revisited: Do people know what they initially desire in a romantic partner? Journal of Personality and Social Psychology, 94, 245–264.
- Eastwick, P. W., Finkel, E. J., & Eagly, A. H. (in press). When and why do ideal partner preferences affect the process of initiating and maintaining romantic relationships? Journal of Personality and Social Psychology.
- Finkel, E. J., & Eastwick, P. W. (2009). Arbitrary social norms influence sex differences in romantic selectivity. Psychological Science, 20, 1290–1295.
- Fisher, T. D., Moore, Z. T., & Pittenger, M. J. (2011). Sex on the brain? An examination of frequency of sexual cognitions as a function of gender, erotophilia, and social desirability. Journal of Sex Research Advanced online publication. doi: 10.1080/00224499.2011.565429.
- Fredrickson, B. L., & Roberts, T. A. (1997). Objectification theory. Psychology of Women Quarterly, 21, 173–206.
- Helgeson, V. S., & Fritz, H. L. (1999). Unmitigated agency and unmitigated communion: Distinctions from agency and communion. Journal of Research in Personality, 33, 131–158.
- Laner, M. R., & Ventrone, N. A. (2000). Dating scripts revisited. Journal of Family Issues, 21, 488–500.
- Laumann, E. O., Gagnon, J. H., Michael, R. T., & Michaels, S. (2000). The social organization of sexuality: Sexual practices in the United States. Chicago, IL: University of Chicago Press.
- Pedersen, W. C., Miller, L. C., Putcha-Bhagavatula, A. D., & Yang, Y. (2002). Evolved sex differences in the number of partners desired? The long and the short of it. Psychological Science, 13, 157–161.
- Petersen, J. L., & Hyde, J. S. (2010). A meta-analytic review of research on gender differences in sexuality, 1993-2007. Psychological Bulletin, 136, 21–38.
- Prentice, D. A., & Carranza, E. (2002). What women and men should be, shouldn’t be, are allowed to be, and don’t have to be: The contents of prescriptive gender stereotypes. Psychology of Women Quarterly, 26, 269–281.
- Rose, S., & Frieze, I. H. (1989). Young singles’ scripts for a first date. Gender & Society, 3, 258–268.
- Ryan, C., & Jethå, C. (2010). Sex at dawn: The prehistoric origins of modern sexuality. New York, NY: HarperCollins.
- Wilcox, R. R., & Charlin, V. L. (1986). Comparing medians: A Monte Carlo study. Journal of Educational and Behavioral Statistics, 11, 263–274.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :