Le "mystère"
des crop circles

Toutes les images sont la propriété de circlemakers.org

Par Joe Nickell du CSICOP

Depuis qu'ils ont commencé à attirer l'attention des médias dans les années 1970, à proliférer et à se développer dans les années 1980 et 1990, les "crop circles" (cercles dans les champs de céréales, notamment de blé) furent à l'origine de mystères et de nombreuses controverses. De nouvelles publications, avec leur lots de "recherches scientifiques" tendent toujours à l'entretenir. Le sujet a cependant pris un tournant plus médiatique du fait de la sortie en salles du film "signs" (signes), avec Mel Gibson dans le rôle d'un fermier de Pennsylvanie découvrant un dessin de 500 pieds dans son champ, et qui se mit à en chercher la signification.

Des motifs en spirales, souvent des dessins circulaires dans des champs, plus spécialement ceux d'Angleterre du Sud, de petits cercles de quelques mètres de diamètre aux "pictogrammes" les plus élaborés, dont certains mesurent plus de 50 mètres de large. A la fin des années 1980 les livres sur le phénomène crop circles commencèrent à fleurir, et bientôt les enthousiastes du "mystère des cercles" prirent le surnom de "céréalogistes". La cerclemania était en plein essor.

La plupart des céréalogistes croyaient que les dessins circulaires avaient été produits soit par des extra-terrestres soit par d'hypothétiques "vortex plasmatiques", supposés être des "petits tourbillons locaux d'air ionisé" (Haselhoff 2001, 5-6). Mais quelques-uns avaient une approche plus mystique encore. Lorsque j'ai visité le vaste dessin dans un champ de blé de la pittoresque campagne du Wiltshire en 1994, un sourcier local me dit qu'il pensait que les motifs tournoyants avaient été produits par les esprits de la Terre (Nickell 1995).

Les "spécialistes" des crop circles insistaient sur le fait qu'ils ne pouvaient être l'oeuvre de petits plaisantins parce que la plante n'était que couchée mais pas cassée, et qu'il n'y avait aucune trace de pas ni d'autres traces d'activité humaine. Les sceptiques répliquaient que de mi-mai à août, le blé anglais restait vert et flexible, et ne peut être cassé qu'avec difficulté. Quant à l'absence de pas, ils étaient manifestement masqués par les sentiers formés par les traces très larges, parfaitement espacées et parallèles, des pneus de tracteurs.

Une enquête sur les mystérieux cercles indique qu'il pourrait être utile de ne pas les regarder seulement comme des formations individuelles mais d'appréhender le phénomène dans son ensemble (reprenant le vieux principe selon lequel on pourrait manquer la forêt à force de ne regarder que les arbres). John Fischer et moi avons identifié plusieurs caractéristiques suggérant un travail de faussaires :


Pour aller plus loin :
- Les OVNI du CNES : 30 ans d'études officielles 1977-2007. David Rossoni, Eric Maillot, Eric Déguillaume.

A visiter :
- Circle Makers.

© Joe Nickell, Skeptical Inquirer magazine 2002 - Version française © François Grandemange - www.charlatans.info

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :