Les suppléments dans le bodybuilding

Katharine K. Grunewald & Robert S. Bailey

Nous avons conduit une enquête sur 624 suppléments vendus dans le commerce pour le marché des bodybuilders. Plus de 800 déclarations de performances sont avancées à propos de ces suppléments. Ceux-ci comprennent des acides aminés, du bore, de la carnitine, la choline, le chrome, le dibencozide, l'acide férulique, l'oryzanol gamma, les triglycérides à chaînes moyennes, les poudres pour prendre du poids, les composés Smilax et la yohimbine.

De nombreuses déclarations publicitaires à propos des performances attendues grâce à ces suppléments ne sont pas confirmées par des études publiées. Dans certains exemples, nous n'avons trouvé aucune recherche validant les déclarations, dans d'autres cas, les conclusions des recherches ont été extrapolées dans le cadre d'applications inappropriées. Par exemple, les fonctions biologiques de certains composés non essentiels ont été interprétés comme étant des affirmations de performance en faveur des suppléments. Des déclarations pour d'autres reposent sur leur capacité à déclencher et augmenter l'activité hormonale.
Nous suggérons que davantage d'études devraient être faites sur ce groupe d'athlètes et sur leurs besoins nutritionnels. En outre, l'efficacité et la sécurité des suppléments méritent des études plus approfondies.

Les suppléments et les aides ergogéniques pour les athlètes ont été décrits et évalués dans plusieurs articles (Bucci 1989; Coyle, 1984; Rosenbloom et al, 1992; Williams 1983, 1984, 1991).

En tant que praticiens, nous avons cependant trouvé certains suppléments qui ne sont ni listés, ni évalués. Les affirmations publicitaires faites sur ces suppléments présentent un challenge significatif parce que leur validité est très difficile à établir, et les références aux recherches sont invalides.

Nous nous sommes particulièrement intéressés aux suppléments pour les bodybuilders. Au niveau de la compétition, les bodybuilders sont jugés sur la base de leur musculature, symétrie ou proportion, et la présentation visuelle. Ces derniers sont le fruit d'un travail sélectif des différents muscles et groupes de muscles, une réduction de la masse graisseuse et d'autres pratiques telles que des modifications du régime alimentaire ou une prise de suppléments. Généralement, les bodybuilders s'entraînent dans le but d'accroître leur masse musculaire, la taille de leurs muscles et leur "séchage" hors saison, ils réduisent leur masse graisseuse plusieurs semaines ou mois avant la compétition (Elliot et al. 1987; Hickson et al. 1990).

Les suppléments utilisés par les bodybuilders ont été mentionnés dans plusieurs rapports (Bazzarre et al. 1990; Faber et al. 1986; Hickson et al. 1990; Katch et al. 1980; Kleiner et al. 1989, 1990; LamarHildebrand et al. 1989; Sandoval et al. 1989), mais n'ont pas été systématiquement étudiés ni décrits. Les objectifs du présent article sont de décrire les suppléments commercialement valables proposés à ces athlètes, et de faire une revue de la recherche existante au regard de leur efficacité. Nous introduirons notre article par une enquête sur les suppléments vendus dans le commerce, accompagnés des déclarations concernant les performances avancées.


Enquête sur les suppléments vendus dans le commerce.

Méthodologie

Nous avons contacté 37 companies faisant la publicité de suppléments alimentaires dans 5 magazines de bodybuilding populaires entre novembre 1990 et janvier 1991. Nous avons utilisé les numéros de novembre et décembre 1990 de Flex, Ironman, Muscle & Fitness et Muscular Development et les numéros de janvier/février 1991 de WBF : Bodybuilding Lifestyles. Les publicités dans ces magazines n'impliquent pas l'acceptation des suppléments par ces magazines ni par leur ligne éditoriale. Les magazines étaient choisis pour leurs articles, photos, publicité, éditoriaux, annonces de compétitions et programmes d'entraînement en rapport avec le bodybuilding visant clairement un lectorat international intéressé ou pratiquant le bodybuilding. Sur les 37 companies contactées, 35 (95%) ont répondu en envoyant de la littérature décrivant leurs suppléments. Nous avons éliminé 2 des 35 sociétés parce qu'elles n'étaient que distributrices de produits vendus par d'autres entreprises.

La littérature fournie par les 33 sociétés restantes a été utilisée afin de compiler des informations pour cette étude. Cela n'inclut pas les données venant des produits étiquetés. Les suppléments d'autres sources (par ex. les commerces paramédicaux, les salles de sport) n'étaient pas évalués, bien que les suppléments de notre étude pouvaient être vendus par ces différents canaux.

Les sociétés vendeuses nous ont fournit une grande quantité d'information. Une des plus grande difficulté a été de développer un système de classification pour toutes ces publicités. Plusieurs suppléments contenaient plus d'un ingrédient, d'autres étaient vendus comme faisant partie d'un "package" contenant plusieurs suppléments.

Sont donc présentées les déclarations sur les performances des produits. Elles comprennent les augmentations (a) du poids ou gain musculaire, (b) des effets anabolisants ou de croissance, (c) de la force, (d) de l'énergie, (e) de la récupération, (f) de l'endurance, (g) de la réduction de la graisse corporelle. Les autres déclarations fréquemment rencontrées concernent la stimulation de l'hormone de croissance, l'augmentation de l'insuline, l'accroissement de la testostérone, source naturelle de testostérone et des comparaisons avec les stéroïdes anabolisants. Nous n'avons pas inclu d'autres déclarations sans rapport avec les performances, telles que des effets sur la fonction mentale, la vigueur sexuelle, la pression sanguine, le risque de cancer, le cholestérol et le pouvoir antioxydant.


Nombre et classification

La littérature provenant des 33 compagnies totalise 624 suppléments étudiés dans le cadre de cette étude. Un tiers des suppléments sont représentés par seulement 3 catégories : les acides aminés (n=87), les vitamines et/ou minéraux (n=70), et les poudres de protéines pour le poids, le muscle ou la force (n=62). Chaque compagnie a vendu en moyenne 2,6 mélanges de différents acides aminés, environ 2 types de poudres différents pour le poids, le muscle ou la force, et un nombre identique de suppléments ou packs de vitamines/minéraux.

D'autres suppléments populaires, chacun compris entre 5 et 7% du total, contenaient de l'arginine et ou de l'ornithine (n=41), de la carnitine et/ou choline (n=34), et des poudres pour l'énergie, l'endurance et/ou la récupération (n=31). Les suppléments moins populaires, chacun représentant entre 1 et 4% du nombre total, comprennent l'acide férulique, l'y-oryzanol, des vitamines individuelles, des acides aminés isolés, des composés Smilax, glandulaires, des extraits de foie, du dibencozide, de l'inosine, des composés de chrome, de la yohimbine, des composés de bore, des triglycérides à chaînes moyennes et des poudres pour perdre du poids. Un groupe divers contient une variété de 84 suppléments, pas assez important pour être suffisamment représentatif.


Les déclarations publicitaires sur les performances

Plusieurs produits étaient accompagnés par plus d'une déclaration ou résumé des performances attendues pour chaque catégorie de suppléments. Les 33 sociétés de notre étude ont collectivement fait plus de 800 affirmations sur les performances de leurs 624 produits. Certaines déclarations étaient documentées par des références. Une revue de la littérature scientifique a été faite pour chaque catégorie de supplément en ayant recours à 3 bases de données : Sport (Sport Information Resource Center, Gloucester), Medline (Compact Cambridge, Bethesda) et Agricola (Silver Platter, Boston).

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :