Les remèdes aux plantes :

Les remèdes ou produits aux plantes sont très populaires de nos jours, les consommateurs dépensent des milliards chaque année dans leur achat. Les plus fervents adeptes et supporter de ces produits les louent comme étant naturels et sans dangers, tandis que les plus sceptiques les considèrent comme rien d'autres que des placébos glorifiés. Le public est en général souvent embrouillé par ces controverses, de même que par la pléthore de désinformation à leur sujet, et les nombreuses et déconcertantes catégories de remèdes issues des plantes. Pour tenter d'y voir plus clair, voici une explication de ce que sont ces différentes catégories.

L'aspartame, faits & fiction :

À en croire ce qu'on peut trouver sur internet, il semblerait qu'un élément chimique que l'on trouve dans des milliers de produits soit la cause d'une épidémie de maladies neurologiques sérieuses, telles que la sclérose en plaque ou le lupus. Les Autorités de la Santé, les sociétés qui fabriquent ce produit, et le "complexe médico-industriel" (les labos) seraient tous au courant du danger, mais ils cacheraient la vérité au public dans le but de protéger leurs profits, et pour éviter l'article empoisonnant qui serait publié si cette vérité était révélée.

Le mythe des antioxydants :

Capsules de myrtilles, extrait de thé vert, vitamine C, concentré de grenade, beta carotène, Sélénium, extraits de raisin, hautes doses de vitamine E, écorce de pin ou encore papaye. Vous l'aurez deviné, ce qui rassemble tous ces suppléments alimentaires, c'est qu'ils sont tous considérés comme des antioxydants. Selon certaines estimations, la moitié de la population avalerait de temps à autre la pilule en croyant, grâce à elles, être en meilleure santé et prévenir toute maladie.

L'algue bleue-verte :

L'algue bleue-verte est une plante unicellulaire qui produit sa propre nourriture par la photosynthèse. Parmi les 1500 espèces existantes, deux, l'Aphanizomenon et la Spiruline, ont été mises en avant et vendues sous la forme de capsules ou de tablettes pour leurs prétendus effets bénéfiques à la santé. La spiruline a fait son apparition la première en 1981 lorsque des magazines commencèrent à lui attribuer des effets miraculeux pour ce qui est de la perte de poids. Elle a, depuis, été vendue par de nombreuses sociétés dont certaines affirment que l'algue bleu-verte est un "aliment complet à elle toute seule" qui "contiendrait 60% de protéines avec tous les acides aminés essentiels parfaitement équilibrés" et "le plus haut taux de chlorophylle de toutes les plantes".

La vitamine C :

La vitamine C, aussi connue sous le nom d'acide ascorbique, est probablement la vitamine la plus populaire, tout en étant la moins bien connue de toutes les vitamines. Le Prix Nobel Linus Pauling en a fait la championne toute catégorie (ce qui ne l'a pas empêché de mourir d'un cancer), aidé en cela par beaucoup de nutritionnistes mordus.

Compléments vitaminés : des risques et un effet anti-cancer non prouvé :

Une analyse de très grande envergure publiée dans la revue médicale britannique The Lancet montre que les suppléments vitaminiques et les antioxydants censés protéger contre le cancer sont inefficaces et dangereux. En effet, ils augmentent la mortalité prématurée et n'ont aucun mérite dans la prévention des cancers gastro-intestinaux. Deux autres études avaient déjà montré, l'une en 1996, que le bêta carotène augmente le risque d'apparition du cancer du poumon, et l'autre en 2002 que des vitamines antioxydantes n'ont aucun effet sur les maladies cardio-vasculaires.

Le Zinc :

Le zinc est aussi à la mode, comme d'autres éléments minéraux tel que le magnésium, c'est pourquoi les industries alimentaires le mettent à toutes les sauces et les charlatans dans toutes les gélules que ce soit pour chasser l'anémie ou faire repousser le poil. Avons-nous tant besoin de zinc que l'on veut nous pousser à ce point à en ingurgiter ? Une prise supplémentaire de zinc est-elle nécessaire et surtout utile et efficace ? Rien n'est moins sûr.

Le magnésium:

Dans la jungle des compléments alimentaires, le magnésium, tout comme la vitamine C, est à la mode, et cela dure. Parce que les médecins ou les pharmaciens n'hésitent pas à en prescrire ou à en donner en cas de fatigue, d'apathie, d'irritabilité, de stress, sa popularité dure et reste au top des suppléments diététiques les plus vendus, que ce soit sous forme de comprimés, de tablettes, d'ampoules voire même dans des barres chocolatées, biscuits ou produits alimentaires (les célèbres alicaments, nouvelle trouvaille marketing). Mais qu'en est-il exactement ? Manque-t-on vraiment de magnésium dans nos sociétés et sa prescription ou son achat en tant que supplément sont-ils toujours justifiés ? Ne s'agit-il pas là aussi, comme pour la vitamine C, le Ginseng, la gelée royale et d'autres suppléments alimentaires que d'un vulgaire coup commercial de la parapharmacie ?

Le sélénium :

Le sélénium est un oligo-élément minéral, que l'on trouve dans le corps humain, qui est essentiel à la santé mais en très petites quantités. Le sélénium s'associe à des protéines pour former des sélénoprotéines, qui sont des enzymes antioxydantes importantes. Les propriétés antioxydantes des sélénoprotéines aident à prévenir les dommages cellulaires causés par les radicaux libres. Les radicaux libres sont des sous-produits naturels du métabolisme de l'oxygène, pouvant contribuer au développement de maladies chroniques tels que les cancers et les maladies cardiovasculaires. D'autres sélénoprotéines aident à réguler la fonction thyroïdienne et jouent un rôle dans le système immunitaire.

Le grand bluff des compléments alimentaires antichutes capillaires :

Les "compléments alimentaires antichutes capillaires" sont bidons. Il faut savoir qu'à partir du moment ou vous avez une alimentation variée et équilibrée, il n'y a aucune raison de prendre des «compléments alimentaires antichutes capillaires» à l'efficacité imaginaire, partant mensongère, et qui n'ont qu'une seule vertu : faire la fortune de leurs promoteurs.


Les suppléments dans le bodybuilding :

Nous avons conduit une enquête sur 624 suppléments vendus dans le commerce pour le marché des bodybuilders. Plus de 800 déclarations de performances sont avancées à propos de ces suppléments. Ceux-ci comprennent des acides aminés, du bore, de la carnitine, la choline, le chrome, le dibencozide, l'acide férulique, l'oryzanol gamma, les triglycérides à chaînes moyennes, les poudres pour prendre du poids, les composés Smilax et la yohimbine.

Liens externes :

L'arnaque des compléments alimentaires
Dans la jungle des cosmétiques pseudo-naturels
Les aphrodisiaques