La vitamine C

La vitamine C, aussi connue sous le nom d'acide ascorbique, est probablement la vitamine la plus populaire, tout en étant la moins bien connue de toutes les vitamines. Le Prix Nobel Linus Pauling en a fait la championne toute catégorie (ce qui ne l'a pas empêché de mourir d'un cancer), aidé en cela par beaucoup de nutritionnistes mordus. La vitamine C est effectivement un élément nutritif fascinant et important, nécessaire à la vie humaine, même si une part de mythe l'entoure qui profite à toute l'industrie parapharmaceutique, pharmaceutique, diététique ou aux naturopathes, qui la préconisent pour toute sorte de maux (grippe, rhumes, états grippaux voire cancer), et la vendent par kilos usant de prétextes erronés et faux.


L'essentiel

Pour comprendre la vitamine C, nous avons d'abord besoin d'informations au sujet des vitamines en général. Le terme vitamine provient de la combinaison des mots vital et amine. Les vitamines sont des molécules organiques (contenant du carbone) qui fonctionnent principalement en tant que catalyseur des réactions dans le corps humain.

Un catalyseur est une substance permettant une réaction chimique tout en utilisant moins d'énergie et moins de temps qu'il en faudrait dans des conditions normales. Si ces catalyseurs venaient à manquer, comme une carence en vitamine, les fonctions normales du corps seraient altérées et rendrait la personne carencée plus susceptible de contracter une maladie. Ce qui veut dire que les vitamines ne sont pas une source d’énergie en soi contrairement aux aliments, elles n’ont aucune valeur énergétique mais participent à de nombreuses fonctions comme la transformation, la synthèse ou l’utilisation des constituants fondamentaux de l’alimentation que sont les glucides, les protides et les lipides qui, eux, permettent de fournir le carburant nécessaire au corps.

Les vitamines sont nécessaires au corps en quantités minuscules (centièmes de grammes la plupart des cas). Nous nous procurons des vitamines à partir de 3 sources :

Les vitamines sont aussi liposolubles et solubles dans l'eau. Les vitamines liposolubles sont les vitamines A, D, E et K. Ces vitamines s'accumulent dans les réserves de graisse de notre corps et dans le foie. Les vitamines liposolubles sont souvent toxiques lorsque prises en grande quantité. Les vitamines solubles dans l'eau sont la vitamine C et la vitamine B. Ces dernières, quand elles sont prises plus que nécessaire, sont rejetées dans l'urine et ne sont habituellement pas toxiques, toutes deux sont aussi emmagasinées dans le foie.

Il est intéressant de noter que la plupart des animaux produisent leur propre vitamine C. Les êtres humains, les primates et les cochons d'Inde ont perdu cette capacité. A cause de cette similitude avec l'homme, les cochons d'Inde ont été l'objet d'études pendant plusieurs années.


Pourquoi la vitamine C est-elle si importante ?

La vitamine C est importante pour tous les animaux, y compris les hommes, parce qu'elle est vitale à la production de collagène. Elle est aussi importante parce qu'elle aide à protéger les vitamines liposolubles A et E, ainsi que les acides gras, de l'oxydation. La vitamine C guérit et prévient du scorbut et peut être bénéfique dans le traitement de l'anémie due à une déficience en fer.

Le collagène, quant à lui, est une protéine, et est omniprésent dans le corps parce que c'est une fibre en abondance dans les tissus conjonctifs. Les tissus conjonctifs donnent sa forme au corps et renforcent nos organes. Il existe plusieurs types de collagène, 1- pour les tissus conjonctifs du crâne, des os, des dents, tendons, ligaments, fascia; 2- le cartilage; 3- tissus conjonctifs de nos organes (foie, rate, rein, etc.); 4, 5- La séparation entre les cellules épithéliale et endothéliale ainsi que les cellules du squelette et muscles, etc. La vitamine C est donc impliquée dans la formation du collagène. Lorsque le collagène est synthétisé il se produit une série complexe d'évènements dont certains ont lieu dans la cellule et d'autres à l'extérieur de la cellule. La vitamine C est active à l'intérieur de la cellule où elle ajoute de l'hydrogène et de l'oxygène à deux acides aminés, la proline et la lysine. Cela aide à produire une molécule précurseur appelée procollagène qui est ensuite modifiée en collagène à l'extérieur de la cellule. Sans vitamine C, la formation du collagène est stoppée, causant toutes sortes de problèmes dans le corps.


Que se passe-t-il si vous manquez de vitamine C ?

Une déficience en vitamine C est cause de scorbut. Le scorbut est rare de nos jours excepté chez ceux qui boivent et dont l'alcool représente la principale source de calories. Le scorbut est caractérisé par un affaiblissement progressif, des gencives fragiles et congestionnées, la perte des dents, des articulations gonflées et sensibles et une tendance aux ecchymoses à la suite de la rupture de vaisseaux sanguins, une anémie, conséquence de ces hémorragies, l'accompagne souvent. C'est un médecin écossais, James Lind qui en 1753 recommanda de manger des légumes et des fruits mûrs pour prévenir le scorbut. La Navy britannique adopta son conseil 40 ans plus tard, les marins prenant du jus de citron vert lors des long voyages en mer pour éviter le scorbut.


Quelles sont les meilleures sources de vitamine C ?

La vitamine C est présente dans les agrumes tels que l'orange, le citron et le pamplemousse et dans les légumes comme les tomates, poivrons, pommes de terre et bien d'autres. La vitamine C est facilement altérée par la préparation de la nourriture quand les produits sont coupés, exposés à l'air, cuits, bouillis et passés dans l'eau. Cependant la quantité de vitamine C nécessaire au corps est largement suffisante dans la nourriture, même lorsque elle est cuisinée. La quantité nécessaire s'établit de 60 à 90 milligrammes par jour, les hommes devant en consommer un peu plus que les femmes et celui qui fume plus qu'un non fumeur d'environ 35 mg étant donné que le fait de fumer épuise les réserves de vitamine C dans le corps et est un catalyseur dans un processus endommageant les cellules. Par contre, seulement 5 à 7 mg par jour suffisent à prévenir du scorbut et un occidental en consomme en moyenne 72 mg par jour. Notons enfin que la vitamine C est aussi utilisée en tant que conservateur dans beaucoup de plats préparés ce qui représente une source encore plus importante d'apport.


La vitamine C peut-elle guérir du rhume, de la grippe ou du cancer ?

Le Prix Nobel Dr Linus Pauling, chimiste et physicien américain, déclara quelques mois avant sa mort (en avril 1994) qu'il prenait d'énormes doses de vitamine C pour guérir et prévenir du rhume, prolonger la vie des patients atteints d'un cancer en phase terminale ou d'autres maladies. Son hypothèse reposait sur le fait que comme l'homme est un des seuls animaux à ne pas pouvoir produire de vitamine C lui-même, il est nécessaire et vital de compenser ce défaut génétique de sa nature en se bourrant de mégadoses de vitamine C. Il calcula qu'un minimum de 10 à 12 grammes par jour était la quantité indispensable pour éviter une large gamme de maladies.

Des recherches plus récentes contredirent ses affirmations en indiquant que même si la consommation d'antioxydants comme la vitamine C peut prévenir ou freiner les dommages causés aux cellules avec l'âge, elles n'ont pas montré une quelconque efficacité de la vitamine C contre les maladies chroniques. La prise à hautes doses de vitamine C a seulement réduit, dans certains cas, la sévérité des symptômes au début d'un rhume à un degré assez modeste, cela dû à son effet antihistaminique. La vitamine C n'a jamais prouvé avoir un effet de prévention du rhume ni de la grippe, même lorsque prise à hautes doses. Ni en ce qui concerne le traitement des cancers. Une étude réalisée au sein de la clinique Mayo en double aveugle révéla que ceux qui reçurent de la vitamine C à très hautes doses allaient même encore plus mal que ceux qui prirent du placebo.


Que risque-t-on en la prenant à hautes doses ?

Certaines personnes croient que parce que la vitamine C est soluble dans l'eau, il n'est pas risqué d'en prendre de hautes doses. Au-delà de 2 grammes par jour, en plus d'une totale inutilité pour la santé, il y a un risque d'avoir la diarrhée, d'être atteint d'allergies ou de décalcification osseuse. Le mythe selon lequel la vitamine C serait un antioxydant n'est pas toujours vrai. Dans certains cas, elle agit effectivement comme un antioxydant mais comme un oxydant dans d'autres. Les antioxydants sont importants car ils inhibent les réactions chimiques avec l'oxygène ou les radicaux libres. Ces réactions (réactions d'oxydation) endommagent les cellules. La vitamine C n'agit en tant qu'antioxydant que dans certaines circonstances.

La vitamine C représente une part important de la nourriture aidant à une bonne santé, il ne s'agit pas d'une drogue miracle et peut causer de lourds dommages en cas d'abus. Une nourriture équilibrée et variée suffit à assurer l'apport de vitamine C nécessaire à la prévention du scorbut et à ses conséquences. Contrairement à ce qu'affirment naturopathes et autres charlatans, la forme et le tonus ne s'améliorent pas par l'absorption de vitamine C, mais la popularité du produit comme "vitamine tonus" aide énormément l'effet placebo à s'exprimer.


Pour aller plus loin :
- Le mystère du placebo. Patrick Lemoine.
- Nutrition et risques alimentaires. Cahiers de l'AFSSA. Collectif

A lire :
- Le mythe des vitamines.
- Les Actualités des vitamines
- Le mythe des antioxydants

Références :
- Vitamin C for preventing and treating the common cold , RM Douglas, H Hemilä, E Chalker, B Treacy (étude 2007).
- Vitamin C for Preventing and Treating the Common Cold. Robert M. Douglas, Harri Hemilä (2005).
- Vitamine C, produit attrape-nigauds
- Le côté sombre de l'héritage de Linus Pauling
- Vitamin C: Do High Doses Prevent Colds ? (vitamine C : les hautes doses préviennent-elles des rhumes ?)
- High Doses Are Not Effective as a Cancer Treatment. (Les hautes doses inefficaces contre le cancer)
- Vitamine C et calculs rénaux

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :