Évolution :
Mythes et erreurs d'interprétation

Mythe n°9 : L'évolution ne peut pas expliquer certaines spécificités comme l'homosexualité

De nombreux mécanismes évolutifs pourraient expliquer le comportement homosexuel commun à plusieurs espèces animales.

"Un simple raisonnement montre que l'évolution ne peut pas expliquer l'homosexualité. Comment un gène de l'homosexualité peut-il être sélectionné ?". "Pourquoi les traits génétiques prédisposant à l'homosexualité n'ont-il pas été éliminés depuis longtemps ?".

De tels arguments sont étonnamment communs... et complètement faux.

Le comportement homosexuel a été observé chez des centaines d'espèces, du bison aux pingouins. Nous ne savons pas encore dans quelles proportions l'homosexualité, chez les êtres humains ou les autres animaux, est génétique (plutôt que due à des extrêmes hormonales pendant le développement embryonnaire), mais il y a plusieurs mécanismes qui pourraient expliquer pourquoi des gènes différents, associés à l'homosexualité, se maintiennent dans une population.

Une affirmation que l'on rencontre souvent est que les milieux homosexuels n'ont pas d'enfants, mais ce n'est pas nécessairement vrai, tout spécialement dans des cultures autres que les nôtres. Jusqu'à ce qu'il devienne acceptable en Occident que des couples de même sexe vivent ensemble, de nombreux homosexuels avaient des partenaires du sexe opposé. Dans certaines sociétés traditionnelles, différentes formes d'homosexualité non exclusives se rencontraient souvent.

Des raisons

Chez les animaux, le comportement homosexuel est habituellement non exclusif. Par exemple, dans certaines populations de macaques Japonais, les femelles préfèrent les partenaires sexuels féminins aux mâles, mais s'accouplent toujours avec des mâles, en d'autres termes elles sont bisexuelles.

Il a été aussi suggéré que l'homosexualité accélérait les succès reproductifs, quoique indirectement. Par exemple, des partenaires de même sexe pourraient avoir plus de chances d'atteindre le haut de la hiérarchie sociale et avoir plus facilement accès au sexe opposé. Chez certaines espèces de mouettes, les partenaires homosexuels pourraient être une réponse au manque de mâles, plutôt que de n'avoir aucune progéniture du tout, certains couples de femelles élèvent leur progéniture ensemble après s'être accouplées avec un mâle.

Une autre possibilité est que l'homosexualité ait évolué et persiste parce qu'elle bénéficie aux groupes et aux proches, plutôt qu'aux individus. Chez les bonobos, le comportement homosexuel pourrait profiter au niveau du groupe en promouvant la cohésion sociale. Une étude à Samoa a trouvé que les mâles gay passaient plus de temps avec leurs nièces et neveux, suggérant que cela pourrait être un exemple de sélection familiale (promouvoir ses propres gènes dans le corps des autres).

Pour votre santé

Ou peut-être l'homosexualité est-elle neutre, ne réduit pas plus qu'elle ne favorise l'adaptation ? Les tentatives pour trouver une explication adaptative au comportement homosexuel chez les macaques ont toutes échoué, conduisant vers des conclusions comme quoi ils le font seulement pour le plaisir.

Même si l'homosexualité réduit le succès reproductif, comme la plupart des gens le supposent, il y a énormément de raisons possibles expliquant pourquoi c'est un comportement si familier. Par exemple, les gènes différents qui causent le comportement homosexuel pourraient avoir d'autres effets bénéfiques comme favoriser la fertilité chez les femmes, comme le suggère une étude, comme pour ce qui du gène variant pour l'anémie à hématies falciformes qui est conservé parce qu'il réduit la sévérité de la malaria. L'homosexualité pourrait aussi être le résultat d'une préférence des femelles vis-à-vis des mâles ayant certaines tendances, la sélection sexuelle peut favoriser des caractéristiques qui réduisent l'adaptation générale, comme c'est le cas pour la queue du paon (lire L'évolution produit des créatures parfaitement adaptées à leur environnement).

Etant donné que jusqu'à récemment le comportement homosexuel chez les animaux était ignoré voire même nié, il n'est pas surprenant que nous soyons toujours incapables de dire avec certitude laquelle de ces explications est correcte. Il se pourrait même que différentes explications soient vraies pour différentes espèces.

     


Pour aller plus loin :
- Qu'est-ce que l'évolution ? Le fleuve de la vie. Richard Dawkins.
- La théorie de l'évolution : Et pourquoi ça marche (ou pas). Cynthia-L Mills.
- L'Amérique entre la Bible et Darwin. Dominique Lecourt.
- Les créationnistes. Jacques Arnould.

A lire:
- Les probabilités réfutent-elles la théorie de l'évolution ?
- Les créationnistes et la bible
- L'armée créationniste de la nuit.
- Les actualités du créationnisme
- Le créationnisme est-il scientifiquement recevable ?
- Evolution et créationnisme
- Erreurs de raisonnement et illusions logiques