Sus aux toxines !
La (vieille) théorie de la détoxication

La théorie de la détoxication, l'élimination des toxines présentes dans le corps, est une des théories de santé à la mode les plus populaires et farfelues à la fois, invoquée et répétée telle un credo, notamment dans les milieux des thérapies parallèles et plus particulièrement dans le monde naturopathe, rassemblés derrière un cri de guerre préfigurant le slogan du mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain). Des tas de bouquins existent sur le sujet, des séminaires sont vendus en son nom et foison de sites internet prétendent donner une information objective sur la chasse aux toxines.

Celle-ci repose sur la notion selon laquelle nous prenons et absorbons énormément de substances toxiques par la nourriture, la boisson et l'air que nous respirons, à tel point que nos corps en deviennent eux-mêmes toxiques, la seule solution pour aller vers une santé parfaite, étant de bannir ces poisons. Curieusement, ces poisons n'ont pas encore été identifiés, ce qui n'empêche pas les partisans de la détoxication de créer et de promouvoir des programmes afin de se débarrasser de ces insondables toxines. Comme tout credo, l'objet principal est inconnu ou mal identifié, tout le monde en parle, mais personne ne sait de quoi il s'agit. Cependant, la guerre aux "toxines" est déclarée, pour ce faire les chasseurs de toxines ont plusieurs méthodes.


Le jeûne

L'idée selon laquelle le jeûne peut nettoyer le corps de ses toxines est vieux de milliers d'années. Les détoxifiants, ou désintoxiquants, modernes défendent rarement l'idée d'un jeûne total (sans nourriture ni boisson) pour quelque durée qui soit, car cela pourrait rapidement devenir nocif. La plupart recommandent de boire de l'eau ou des jus de fruits, ou bien encore de s'adonner à un régime uniquement à base de fruits et légumes, jus et thés, ceci afin d'optimiser tout passage sur la cuvette pour se vider un maximum, et par la même occasion expulser les méchantes toxines dans les tréfonds des égouts. Le jeûne peut durer plusieurs jours ou plusieurs semaines, bien que les professionnels de la santé affirment qu'un régime à long terme (plus de quelques jours) peut être dangereux, le corps pouvant commencer à "se grignoter lui-même". Cela ne retient pas certains fanatiques qui vont jusqu'à affirmer que jeûner est bon pour les personnes ayant des problèmes de reins, des troubles hépatiques, pour les femmes enceintes voire même pour les nourrissons !

Les partisans du jeûne affirment que jeûner permet au corps, et plus particulièrement au foie, de se "reposer", ces derniers travestissant les fonctions du foie pour en faire un réceptacle de substances toxiques absorbées et déposées là par l'alimentation, accentuant leur messe sur le "nettoyage" des stocks de toxines qui y seraient emmagasinées et pouvant être causes de maladies. Malheureusement, le corps ne fait aucune différence entre "jeûner" et "être affamé". Contrairement à ce qui est enseigné par ces nettoyeurs, le corps n'est jamais au repos pendant un jeûne, mais travaille fébrilement et continuellement afin de prévenir de la famine et de la mort. Le foie est tout spécialement mis à contribution pendant un jeûne, convertissant les graisses en énergie pour l'utilisation du corps. Pendant un long jeûne, le foie fait même des heures supplémentaires pour redistribuer les sous-produits nocifs provenant des muscles et des tissus, afin de faire face au besoin du corps en protéines.

Selon certains, "le jeune augmente le processus d'élimination et de libération des toxines du colon, des reins et de la vessie, des poumons, des sinus et de la peau". Ce "déchargement" toxique est supposé être si puissant qu'il pourrait guérir et prévenir de la maladie, aussi bien que ralentir le processus du vieillissement. Certaines conditions seraient des signaux annonciateurs pour signaler la nécessité pour le corps d'un jeûne détoxiquant : des migraines fréquentes, des maladies des artères coronaires, les diabètes et la maladie mentale. Ironiquement, jeûner peut en réalité ne faire qu'exacerber ou être à la source de tels problèmes de santé. Jeûner a souvent pour résultat des maux de têtes ou une dépression, des problèmes cardiaques peuvent survenir, et la régulation glycémique chez les diabétiques sera d'autant plus difficile ou impossible, voire mortelle, dans de telles conditions de privation.

D'autres charlatans vont même plus loin, en déclarant que jeûner peut prévenir certaines maladies telles que le cancer, en nettoyant le corps de ses poisons avant que ceux-ci n'aient eu le temps et l'occasion de l'endommager. Bien entendu, ces affirmations ne se fondent sur aucune base scientifique ni médicale, et ne sont que des voeux pieux de naturopathes en mal d'ennemis désignés à abattre. Les toxines feront l'affaire en tant que bouc émissaire tout désigné.

Les personnes qui jeûnent régulièrement font souvent l'expérience d'une certaine irritabilité, ont des nausées, sont fatiguées, ont des maux de tête et des étourdissements. D'autres font des cauchemars, ont une faible tension et des vomissements. Les avocats de la détoxication déclarent que ces symptômes négatifs sont le signe que les poisons évacuent le sang. En fait, les causes réelles de ces symptômes sont bien connues. Les étourdissements par exemple, sont causés par une chute de tension sanguine dans le cerveau, les nausées peuvent être causées par des changements hormonaux dus à la faim entretenue par le jeûne.

Enfin, si les partisans effrénés du jeûne en parlent comme d'un moyen pour avoir les idées plus claires, apportant une disposition émotionnelle et un état mental supérieurs, des études ont révélé au contraire que les capacités cognitives diminuaient pendant une période de jeûne.


Nettoyage intérieur intégral

La notion selon laquelle la putréfaction des fèces serait la cause ultime de maladies date de l'Egypte Ancienne. Elle ne semble pas avoir évolué depuis. La croyance était que la matière fécale serait absorbée par et dans le corps, et de ce fait l'empoisonnerait, provoquant des maladies (tout comme pour ce qui est du jeûne, ces envahissants poisons n'ont jamais été identifiés ni mesurés). Cette idée a été réfutée depuis bien longtemps. Mais certains fanatiques persistent en affirmant qu'un colon "lent" ou "malpropre" provoquerait toutes sortes de maux, allant du rhume à la maladie coronarienne. En réalité, un grand nombre d'entre eux affirment que 90 ou 95% des maladies viendraient du colon.


A lire :
- Médecines parallèles et cancers, Dr. Olivier Jallut.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- Idées folles, idées fausses en médecine, Skrabanek, Mc Cormick.

Liens :
- Les régimes détoxifiants : de l'intox
- La naturopathie
- L'irrigation du colon
- Irrigation du colon et théorie de l'auto-intoxication. Le triomphe de l'ignorance sur la science.
- Le jeûne

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :